Épisode n°3

Dernière mise à jour : 30 juin


Voici la transcription du troisième épisode de mon podcast Belgitudes: La belgitude




Bonjour et bienvenue dans ce nouvel épisode de mon podcast en français facile intitulé Belgitudes

Ce podcast est pour toi si tu apprends le français ou si tu veux découvrir la Belgique. Attention, je ne suis pas une spécialiste de la Belgique, l’objectif de ce podcast est avant tout de t’aider à apprendre le français et de te partager ma culture. Je parlerai lentement et avec un vocabulaire simple afin de te permettre de comprendre plus facilement.

Si tu souhaites lire la transcription de ces podcasts, rendez-vous sur mon site internet www.bruxellesjarrive.be


Avant de commencer, si tu souhaites soutenir mon travail, je t’invite à liker, commenter et partager ce podcast tout autour de toi.


Aujourd’hui, je te parle d’un concept qui est cher à mes compatriotes et à moi-même et qui a donné le titre à ce podcast : la belgitude !

Cet épisode est un peu plus difficile à comprendre donc si tu es débutant, je t’invite vraiment à aller lire la transcription sur Bruxelles, j’arrive.


[La tristitude, d'Oldelaf - in Le monde est beau, 2011, Roy Music, Universal]


Alors, non, la tristitude, c’est autre chose. J’ai dit : la belgitude.

La belgitude ? Mais qu’est-ce que c’est ?


On pourrait dire que ce mot est constitué des mots « belge » et « attitude », il a en réalité été créé sur le modèle de la « négritude » qui est un courant littéraire et politique rassemblant des auteurs francophones noirs comme Aimé Césaire ou Léopold Sédar Senghor.


La belgitude, c'est un mot utilisé pour définir l’identité, le caractère des Belges.


[Extrait de Marieke, de Jacques Brel, in Marieke, avril 1961, Philips]


C’est le chanteur Jacques Brel, qu’on vient d’entendre maintenant, qui l’a popularisé, dans les années 70. (oui, j’ai dit "septante" parce qu’en Belgique, comme en Suisse, on n’utilise pas le nombre "soixante-dix", on utilise "septante")

Mais ils sont comment, les Belges ? C’est quoi l’âme belge ?

C’est difficile de définir tout un pays derrière un concept mais il y a des caractéristiques liées à l’identité belge que l’on peut reprendre. J’en ai choisi trois.


Caractéristique n°1 : La difficulté de l’identité nationale


L’empereur romain Jules César a écrit que « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves ». Tous les petits latinistes, ceux qui ont étudié le latin comme moi, ont traduit cette phrase lors d’un des premiers cours : Horum omnium fortissimi sunt Belgæ (alors, oui, je sais, je parle assez mal le latin).

Donner de l’importance à cette phrase pourrait faire croire que le Belge a un sentiment patriotique assez fort. Mais en fait, pas vraiment. La Belgique est en réalité un très petit pays qui est également très divisé. L’identité nationale y est donc moins forte que dans ses pays voisins, notamment à cause de la rivalité flamands et wallons (on en reparlera).

La devise nationale « L’union fait la force » défend une unité nationale mais dans les faits, le pays est bien souvent divisé par les problèmes linguistiques. La difficulté à s’unir comme une nation fait aussi que le Belge, contrairement à son voisin français, n’est pas très chauvin.

Chauvin, c’est un mot que l’on utilise pour désigner un patriotisme un peu exagéré, des personnes qui vont toujours défendre leur pays ou leur ville d’origine, ne lui trouver que des qualités. J’ai en tête quelques exemples mais je les garde pour moi. Si tu as des exemples de personnes chauvines, je t’invite à me les partager 😊


Caractéristique n°2 : Le surréalisme


Le surréalisme, c’est un courant artistique mené par André Breton et dont l’objectif est de libérer la création en se libérant de la logique ou en laissant une belle place à l’absurde.

Un célèbre peintre surréaliste belge est René Magritte. Si tu vas à Bruxelles, je te recommande de visiter le Musée Magritte, qui lui est dédié. C’est une visite que j’ai faite plusieurs fois et qui m’a à chaque fois beaucoup plu.

Dire que la Belgique est le pays du surréalisme, c’est à la fois positif et négatif. C’est positif parce que derrière cette idée, il y a la créativité et la folie des Belges mais c’est aussi négatif parce que cela veut dire d’une certaine manière que la Belgique est un pays avec un fonctionnement plutôt anarchique, inefficace, en tout cas, un pays qui n’est pas logique.


Caractéristique n°3 : L’autodérision


Un trait de caractère que l’on associe souvent aux Belges est l’autodérision. L’autodérision, c’est le fait de savoir se moquer de soi-même ou rire de soi-même. On dit souvent que les Belges aiment rire, font des blagues, sont drôles. Mais les Belges sont aussi capables de rire aussi … des Belges. Quand les autres pays se moquent des Belges, le Belge rigole avec eux.

Ce type d’humour est donc une caractéristique que beaucoup de Belges partagent.


Il faut nuancer tout ce que je viens de t’expliquer parce que ce concept de belgitude est surtout utilisé par les Belges francophones, et moins par les Belges néerlandophones. Pour certaines personnes, c’est même un concept artificiel qu’on a créé pour créer une unité nationale là où il n’y en a pas. Je crois tout de même que si tu vis en Belgique ou si tu connais des Belges, tu entendras parler ou tu remarqueras toi-même certaines de ces caractéristiques.


Voilà, je m’arrête ici pour aujourd’hui. N’hésite pas à m’écrire si cet épisode t’a plu, tu peux aussi me dire si tu es d’accord avec ces caractéristiques, si tu les avais déjà remarquées ou si tu en as observées d’autres. Je te remercie de m’avoir écoutée et je te retrouve vendredi prochain ! À bientôt !


[La belgitude, Oldelaf et Alex Vizorek : https://www.rtbf.be/tendance/detente/detail_la-belgitude-d-alex-vizorek-et-oldelaf-notre-hymne-national-coup-de-coeur?id=9358519]