Belgitudes, transcription du podcast : épisode n°15


Voici la transcription du quatorzième épisode de mon podcast Belgitudes: Comprendre la politique belge



Ok on y va ! Bonjour et bienvenue dans ce nouvel épisode de mon podcast en français facile intitulé Belgitudes

Ce podcast est pour toi si tu apprends le français ou si tu veux découvrir la Belgique.

Si tu souhaites lire la transcription de ces podcasts, rendez-vous sur mon site internet www.bruxellesjarrive.be

Tu peux aussi soutenir mon travail en likant ou en partageant cet épisode ou en m’offrant un café sur www.buymeacoffee.com/bxl.jarrive


Aujourd’hui, je m’attaque à un gros dossier : celui de la politique belge. Important, je ne suis ni une spécialiste ni une passionnée de politique. Par contre, je reçois souvent des questions de mes étudiants sur le fonctionnement de la Belgique. "Y a-t-il des différences entre Flandre et Wallonie?" "Pourquoi les élections sont-elles si compliquées?" "Comment vous pouvezrester sans gouvernement?" Comprendre la belgique, c'est loin d'être facile et aujourd'hui, je vais essayer d'apporter une petite réponse.


La première chose à savoir sur la Belgique, c’est que c'est une monarchie constitutionnelle; une monarchie, c'est un régime dans lequel il y a un roi ou une reine donc la Belgique, ce n'est pas une République comme la France. C'est un royaume. Mais elle est constitutionnelle car le pouvoir principal est écrit dans la Constitution.


La Belgique, c'est un état fédéral, c’est-à-dire que c'est un état composé de régions et de communautés qui ont certains pouvoirs. Ces pouvoirs, on les appelle des compétences (un exemple de compétence, c'est la santé, l’éducation, la défense, les affaires intérieures etc). Et je vais te présenter l'organisation de manière globale. Tu es prêt ? C’est parti!


La Belgique est divisée selon plusieurs “critères”. Le premier critère, c’est la langue. En Belgique, il y a trois langues nationales: le français, le néerlandais et l’allemand, il y a donc logiquement trois communautés.

Une communauté correspond à un groupe linguistique mais c'est aussi un ensemble dirigé par un parlement. Donc la communauté en Belgique, elle a un rôle politique. Il y a donc la commuanuté flamande (de Vlaamse gemeenschap en néerlandais), où on parle le néerlandais; la communauté germanophone ( l’Ostbelgien en allemand - j'ai une très mauvaise prononciation en allemand) où on parle allemand et la communauté où on parle le français qui s’appelle aujourd’hui la Fédération Wallonie-Bruxelles (alors oui, dit comme ça, ce n’est pas évident; avant, on l’appelait la communauté française)


Et Bruxelles alors? Eh bien Bruxelles, c'est une ville où on parle à la fois le français et le néerlandais. Donc Bruxelles fait partie de la communauté flamande ET de la FWB. Les communautés ont leur parlement et elles gèrent des compétences liées aux langues par exemple l’enseignement ou la culture. Concrètement, ça signifie que le ministre de l'enseignement ne sera pas le même si on est dans l'enseignement en langue néerlandaise, en flamand, ou si on est dans l'enseignement francophone, ou encore dans l'enseignement germanophone, à l'est de la Belgique.


Le deuxième critère pour diviser la Belgique, ce sont les aspects économiques. Donc, la Belgique est divisée en trois selon les intérêts économiques et ces trois divisions, ces trois groupes sont appelés des régions. Souvent, c'est ce qu'on connait mieux. Il y a la région wallone, au sud du pays, qui englobe une partie des territoires de la FWB et la communauté germanophone; la région Bruxelles-Capitale et ... la région flamande qui correspond à la communauté flamande (en Flandre, c'est un peu plus simple)


Un exemple de la vie de tous les jours, c'est qu'une partie de la mobilité, les transports, est gérée par les regions. Si tu vis à Bruxelles, tu pourras voir qu'il y a des bus De Lijn, qui sont gérés par la région flamande, des bus STIB qui sont gérés par la région Bruxelles-Capitale, et des bus du TEC qui sont des bus de la région wallonne. C'est un peu le bazar mais c'est aussi ça la Belgique fédérale.


Alors c’est peut-être pas évident pour toi de visualiser tout ça donc sur mon site internet, si tu vas lire l'article avec la transcription, j'ai mis quelques cartes qui te permettent de visualiser les commuanutés et les régions.



Sources :https://www.bruxelles-j.be


Alors, en plus de ces gouvernements, de ces parlements, il y a bien sûr un gouvernement fédéral pour toute la Belgique. Le gouvernement fédéral, donc national, si on veut,il gère des compétences communes à tout le pays, notamment les affaires étrangères, la défense nationale, donc l'armée, la justice, les finances, la sécurité sociale, et une partie importante de la santé publique et des affaires intérieures. Donc ces compétences-là sont gérées au niveau national.


Comment on fait pour former le gouvernement fédéral ?

Pour chaque gouvernement, que ce soit régional, communautaire ou fédéral; il y a des élections qui permettent d’élire les membres de chaque parlement. Il faut savoir qu’en Belgique, il est obligatoire de voter à partir de 18 ans et poru le reste de sa vie. On ne peut pas choisir de voter ou non, c’est une obligation.


Alors, les élections régionales ont lieu tous les cinq ans et le choix des parlementaires du gouvernement communautaire, il est fait à ce moment également. Pour les régions et les communautés, on vote tous les cinq ans et on vote dans la région ou dans la communauté où on habite.

C’est un peu technique surtout pour la partie francophone du pays mais je mettrai sur mon site un lien vers une explication plus détaillée pour qui le souhaite.

http://www.federation-wallonie-bruxelles.be/a-propos-de-la-federation/le-parlement/organisation-du-parlement/


Les élections fédérales, elles ont aussi lieu tous les 5 ans maintenant et depuis quelques années, c’est là qu’on rencontre quelques problèmes.


Alors, encore une fois, je ne vais pas aller dans les détails techniques, je n'en suis d'ailleurs pas vraiment capable, mais je te donne une explication simplifiée des élections fédérales.


Aux élections fédérales, les Wallons, les personnes qui vivent en Wallonie peuvent voter pour les partis politiques wallons, les Flamands pour les partis politiques flamands et les Bruxellois pour les deux. Les élus ou les partis qui remportent le plus de voix, le plus de votes, on appelle ça aussi des voix, obtiennent des sièges au Sénat et à la Chambre des représentants (donc le parlement fédéral)

Ensuite, sur base de ces résultats , on forme un gouvernement de maximum 15 ministres et ce gouvernement est généralement une coalition, une coalition, c’est-à-dire une alliance de politiques venant de différents partis. Et c’est souvent là qu’il y a des problèmes depuis une quinzaine d'années, parce que les partis majoritaires, ceux qui ont le plus de voix, en Flandre et ceux qui ont le plus de voix en Wallonie ne souhaitent pas toujours gouverner ensemble. Parfois ils ont des idées complètement opposées. Imagine si l’extrême-droite en Flandre doit négocier avec le parti socialiste en Wallonie... c’est compliqué.

Pour former le gouvernement, le Roi intervient: C'est un de ses rôles politiques. Il intervient comment ? Eh bien il choisit un homme ou une femme politique qui va l’informer de la situation, on l’appelle donc l'informateur. Le Roi nomme un informateur. Ensuite, une fois qu'il est informé de la situation, il nomme une autre personne que l'on appelle le formateur, c’est-à-dire que cette personne, aussi un homme ou une femme politique, va gérer les négociations pour former le gouvernement.

Historiquement, il y a eu des formations de gouvernement longues et compliquées, notamment en 2007-2008 où la Belgique est restée 194 jours sans gouvernement, et puis lors de la crise politique de 2010-2011 où nous sommes restés - attention - 541 jours sans gouvernement. Plus d'un an.

Alors, bien sûr, ce n’est pas tout à fait sans gouvernement. Quand on s'est retrouvés dans cette situation, c'était pas la guerre ou le chaos en Belgique parce que le temps de former le nouveau gouvernement, l’ancien reste en place. Que ce soit pour une semaine ou pour 500 jours, l'ancien gouvernement fait le travail. On dit qu’il est en affaires courantes ; c'est-à-dire qu'il gère le pays mais ne prend pas de nouvelles décisions. Par exemple, il ne peut pas voter de nouvelles lois.


La dernière crise politique en Belgique, c'est celle de 2019. Elle a duré 16 mois pendant lesquels on n'arrivait pas à former un gouvernement. Au cours de ces 16 mois, il y a eu la crise sanitaire mondiale, avec la pandémie du covid 19 et on a dû mettre en place un gouvernement d'urgence. Ce gouvernement d'urgence a géré le pays pendant la crise et aujourd’hui, on a un gouvernement en place avec Alexander De Croo, comme premier ministre et avec son équipe ils gouverneront le pays jusqu’en 2024.


Voilà, j’espère t’avoir donné un petit aperçu de la politique interne belge. En plus de ces élections (moi je t'ai parlé des communautés, des régions et du fédéral), il y a les élections européennes et les élections communales (donc de la commune, des élections locales) mais je ne souhaitais pas m’étendre plus sur ce sujet, juste te donner un aperçu.

J’espère que grâce à ces explications sur le fédéralisme, sur les régions et les communautés, tu comprends un peu mieux ce grand bazar qu’est la Belgique !


Moi je te donne rendez-vous pour le prochain épisode dans 15 jours. Tu sais bien, en français, 15 jours ça veut dire deux semaines, on ne sait pas compter. D’ici là, n’hésite pas à me suivre sur mes réseaux sociaux pour

1) améliorer ton français

2) découvrir la culture belge

3) vivre ta meilleure vie en Belgique !


À bientôt !

2 vues0 commentaire